Accueil » Blog » Comment comprendre l’ouverture en 5 étapes simples

Comment comprendre l’ouverture en 5 étapes simples

  • par
compendre-louverture-photo

L’ouverture est l’un des trois facteurs qui créent une exposition. Comprendre les réglages d’ouverture facilite grandement la prise de vue d’une photo exposée de façon uniforme.

L’utilisation d’une ouverture différente ouvre également des avenues plus créatives grâce à des effets uniques. Cet article vous apprendra ce qu’ils sont et comment les utiliser à votre avantage.

Étape 5 – Qu’est-ce que l’ouverture ?

La meilleure façon de comprendre la définition de l’ouverture est de la considérer comme la pupille d’un œil.  Plus il est large, plus il laisse entrer de lumière.

Ensemble, les réglages d’ouverture, la vitesse d’obturation et la sensibilité ISO produisent une exposition. Le diamètre de l’ouverture change, ce qui permet plus ou moins de lumière sur le capteur. Cela dépend de la situation et de la scène photographiée.

L’étape 4 traite des utilisations créatives des différentes tailles d’ouverture et de leurs conséquences. En termes simples, lorsque l’on parle de lumière et d’exposition, des réglages d’ouverture plus larges permettent plus de lumière et des réglages plus étroits en permettent moins.

L’ouverture peut être déroutante. Certains diront une ouverture large ou étroite, mais d’autres diront une grande ouverture. Quelle est la différence ? Une grande ouverture fait référence à la grande ouverture de l’objectif, où f/1.2-f/2.4 est discuté.

Une grande ouverture fait référence au nombre de f/stop, où f/32 ou f/22 est discuté. Une faible ouverture et une grande ouverture sont les mêmes choses – l’une parle de la taille du chiffre et l’autre de la taille de l’ouverture.

Étape 4 – Comment l’ouverture est-elle mesurée et changée ?

La taille de l’ouverture est mesurée à l’aide de ce qu’on appelle l’échelle f-stop. Sur votre appareil photo numérique, vous verrez’f/’ suivi d’un chiffre. Ce nombre f indique la largeur de l’ouverture. La taille affecte l’exposition et la profondeur de champ (également abordée ci-dessous) de l’image finale.

Ce qui peut sembler déroutant, c’est que plus le chiffre est bas, plus l’ouverture est large. Cela signifie que les réglages de l’ouverture de votre appareil photo seront grands ouverts à un nombre f-stop plus petit, comme f/1,4 (ouverture maximale).

Avec des nombres plus élevés, comme f/16 ou f/22, vous obtiendrez une ouverture étroite.

Pourquoi un chiffre bas pour une grande ouverture ? La réponse est simple et mathématique, mais il faut d’abord connaître l’échelle f-stop.

L’échelle est la suivante : f/1,4, f/2, f/2,8, f/4, f/5,6, f/8, f/11, f/16, f/22.

La chose la plus importante à savoir à propos de ces nombres est ceci : à mesure que les nombres augmentent, les réglages d’ouverture diminuent jusqu’à la moitié de leur taille. La moitié signifie qu’il permet 50% moins de lumière à travers l’objectif.

C’est parce que les chiffres proviennent d’une équation utilisée pour calculer la taille de l’ouverture à partir de la distance focale. Vous remarquerez, sur les appareils photo modernes, qu’il y a des réglages d’ouverture entre ceux énumérés ci-dessus.

Ce sont des jeux 1/3, donc entre f/2,8 et f/4 par exemple, vous aurez aussi f/3,2 et f/3,5. Celles-ci sont juste là pour augmenter le contrôle que vous avez sur vos paramètres.

Maintenant, les choses commencent à devenir un peu plus difficiles. Si vous vous trompez, passez à l’étape 3, car la partie la plus importante a été couverte.

Par exemple, si vous avez un objectif de 50 mm avec une ouverture de f/2, pour trouver la largeur de l’ouverture, divisez le 50 par le 2, ce qui donne un diamètre de 25 mm.

Prenez ensuite le rayon, multipliez-le par lui-même (rayon au carré) et multipliez cela par pi. Toute l’équation ressemble à ceci : Surface = r²*pi.

En voici quelques exemples :

Un objectif de 50mm à f/2 : 50mm/2 = une ouverture d’objectif de 25mm de large. La moitié de cette surface est de 12,5 mm et en utilisant l’équation ci-dessus (pi * 12,5 mm²), on obtient une surface de 490 mm².

Un objectif de 50 mm à f/2,8 : 50 mm/2,8 = une ouverture d’objectif de 17,9 mm de large. La moitié de cette surface est de 8,95 mm et en utilisant l’équation ci-dessus (pi * 8,95 mm²), on obtient une surface de 251,6 mm².

Il n’est pas nécessaire d’être un génie pour comprendre que la moitié de 490 est inférieure à 251 – c’est parce que les chiffres utilisés sont arrondis à la décimale près. La surface de f/2,8 sera toujours exactement la moitié de f/2,8.

Étape 3 – Comment l’ouverture affecte-t-elle l’exposition ?

Avant de parler d’autre chose, regardons le triangle d’exposition.

Le changement de taille de l’ouverture est en corrélation avec l’exposition. Plus l’ouverture est grande, plus la photo sera exposée. La meilleure façon de le démontrer est de prendre une série de photos et de tout garder constant, à l’exception de l’ouverture.

Toutes les images du diaporama ci-dessous ont été prises à 200 ISO, 1/400 de seconde et sans flash. Seule la taille de l’ouverture change partout.

Cet ensemble de photos a été pris avant l’achat récent de mon f/1.4 donc les photos sont dans l’ordre suivant : f/2, f/2.8, f/4, f/5.6, f/8, f/11, f/16, f/22.

Une bonne façon de voir le changement de taille de l’ouverture est de regarder la taille du cercle blanc hors foyer en bas à gauche de l’image. Le principal effet créatif de l’ouverture, cependant, n’est pas l’exposition, mais la profondeur de champ.

Étape 2 – Comment l’ouverture affecte-t-elle la profondeur de champ ?

Maintenant, la profondeur de champ est un grand sujet. Pour l’instant, je résumerai en disant qu’il s’agit de la distance à laquelle le sujet restera au point devant et derrière le point focal principal.

Pour ce qui est de l’influence des réglages d’ouverture sur la profondeur de champ, plus le réglage d’ouverture est large (f/1,4), plus la profondeur de champ est faible. Plus l’ouverture est étroite (f/22), plus la profondeur de champ est importante.

Avant de vous montrer une sélection de photos prises à différentes ouvertures, jetez un coup d’œil au schéma ci-dessous. Si vous ne comprenez pas exactement comment cela fonctionne, cela n’a pas trop d’importance.

Pour l’instant, il est important que vous en connaissiez les effets.

Voici un exemple d’une photo prise à f/1.4. Lorsque le sujet s’éloigne de l’objectif, il est facile de voir la profondeur de champs peu profonde a sur la photo.

Comme mentionné, voici une sélection de photos toutes prises en mode priorité diaphragme. L’exposition reste constante et la seule variable changeante est l’ouverture.

Les photos ci-dessous sont dans cet ordre : f/2, f/2.8, f/4, f/5.6, f/8, f/11, f/16, f/22. Remarquez comment la profondeur de champ augmente chaque fois que la taille de l’ouverture diminue.

Quelles sont les utilisations des différentes ouvertures ?

La première chose à noter est qu’il n’y a pas de règles quand il s’agit de choisir une ouverture. Cela dépend grandement de l’effet artistique ou de l’équilibre précis de la lumière dans une scène.

Pour prendre au mieux ces décisions, il est utile d’avoir une bonne connaissance des utilisations traditionnelles des différentes ouvertures énumérées ci-dessous.

  • f/1.4 – C’est idéal pour les situations de faible luminosité. Il donne également un DoF peu profond. A utiliser de préférence sur des sujets peu profonds ou pour un effet bokeh.
  • f/2 – Cette gamme a à peu près les mêmes utilisations, mais un objectif f/2 peut être acheté pour un tiers du prix d’un objectif f/1,4.
  • f/2.8 – Toujours bon pour les situations de faible luminosité, mais permet une meilleure définition des traits du visage grâce à un DoF plus profond. Les bons objectifs de zoom ont généralement cette ouverture comme leur plus grande ouverture.
  • f/4 – La mise au point automatique peut être capricieuse. C’est le réglage d’ouverture minimum que vous voudriez utiliser pour les portraits dans un éclairage décent. Vous risquez de perdre la mise au point du visage avec des ouvertures plus larges.
  • f/5.6 – Bon pour les photos de deux personnes mais pas très bon dans des conditions de faible luminosité. Tenez, utilisez un flash de rebond.
  • f/8 – C’est bon pour les grands groupes, car cela permet de s’assurer que tout le monde dans le cadre reste concentré.
  • f/11 – Le plus souvent, c’est ici que votre objectif sera le plus pointu. Ouverture parfaite pour les portraits.
  • f/16 – La prise de vue au soleil nécessite une petite ouverture, ce qui en fait un bon point de départ pour ces conditions.
  • f/22 – Idéal pour les paysages où des détails visibles au premier plan sont requis.
  • Comme je l’ai déjà dit, ce ne sont que des lignes directrices. Maintenant que vous savez exactement comment le réglage de l’ouverture va changer une photo, vous pouvez expérimenter vous-même et vous amuser avec elle !